Rapport annuel 2010 du Service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet

Parallèlement au rapport général de l’Office fédéral de la police, le Service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet (SCOCI) publie également son rapport annuel 2010 .

Pour rappel, le SCOCI est un point de contact central pour les personnes souhaitant signaler l’existence de sites Internet suspects. Le SCOCI recherche également lui-même des contenus illicites et se charge de communiquer les informations reçues aux autorités de poursuite pénale compétentes.

A la lecture du rapport, on apprend que la majorité des annonces concerne des cas de pornographie dite « dure » (1743 annonces concernant presque uniquement de la pornographie enfantine) et des cas de spam (1205 annonces).

Au niveau des annonces des escroqueries, on constate une prédilection pour le marché des voitures d’occasion (arnaques à la vente ou à l’achat avec fausses entreprises de transport). Les classiques demeurent toutefois, comme les arnaques à l’abonnement (l’utilisateur croit profiter d’un service gratuit alors qu’il a souscrit un abonnement qui s’avérera coûteux) ou les demandes d’avance d’argent (advance-fee fraud) en promesse du versement ultérieur d’une somme  d’argent importante (héritage, gain de loterie, etc) qui ne sera évidemment jamais payée.

La catégorie «criminalité économique» renferme surtout les obtentions frauduleuses de données personnelles (phishing) visant les services de paiement sur Internet et les services de messagerie (pour ensuite viser les contacts de la victime, parfois en se faisant passer pour cette dernière).

Le SCOCI fait également part des cas de recherche active qu’il mène et se réjouit que parmi les dossiers transmis aux autorités judiciaires cantonales, 90% ont conduit à une perquisition de la police cantonale et autant ont vu une condamnation prononcée à l’issue de la procédure.

Finalement, le rapport évoque l’accord conclu avec le canton de Schwyz pour continuer à mener des investigations préventives. J’avais fait part de mes doutes quant à la légalité de cette pratique en fin d’année dernière.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s