Comment restaurer la confiance

J’ai eu le plaisir de co-organiser il y a quelques semaines un workshop à la Conférence Lift à Genève intitulé «Privacy & Data Protection conversations: how might we reinstate trust in a global digital society?»

Nous avons profité du cadre particulier de Lift pour faire «travailler» les participants et les mettre dans le rôle de différents intervenants (citoyen, autorité, législateur, entreprise, fournisseur de services, donneur d’alerte, etc.). Partant du constant qu’il y a actuellement une crise de confiance importante et de nombreux doutes s’agissant de la protection de la sphère privée, nous leur avons demandé de réfléchir à leurs attentes dans ce domaine.

Quatre points sont revenus de manière assez systématique dans tous les groupes d’intéressés: information, transparence, équité et contrôle. Au-delà des exigences légales, il y avait un consensus sur le fait que tout traitement de données doit être transparent et équitable, et qu’un contrôle doit pouvoir être effectué sur le traitement de ses données.

Selon les fonctions
De manière très synthétique, il est ressorti de ces discussions que les citoyens réclament une meilleure éducation et une (in)formation à l’école, ainsi que des outils efficaces pour identifier le sort réservé à leurs données personnelles. Ils s’attendent à un usage honnête de leurs données par l’administration et veulent pouvoir faire entendre leur voix et défendre leurs droits collectivement en tant que consommateurs.

Les entreprises doivent être transparentes et la manière dont elles traitent des données doit être expliquée de manière compréhensible. Elles doivent se rappeler que la protection de la sphère privée ne va pas à l’encontre du développement de leurs activités. Elle peut même apporter de nouvelles opportunités commerciales et la protection intégrée de la vie privée (privacy by design) ajoute de la valeur à leur activité. Les fournisseurs de service doivent également être transparents et respecter leurs promesses. Ils doivent protéger les donner qu’ils traitent.

Les participants attendent de l’administration qu’elle protège également les données des citoyens et adopte un cadre juridique adéquat, même si cela doit avoir un coût. Une utilisation des données des citoyens par le Gouvernement (notamment pour des questions de sécurité) est acceptée si elle est légitime et nécessaire. Ils considèrent finalement qu’il y a besoin de donneurs d’alertes pour augmenter la transparence, la conscience et le contrôle, même s’il y a des risques comme la fuite de données ou des motivations individuelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s