La communication électronique des écrits

Le Conseil fédéral a publié un Rapport concernant la communication électronique des écrits (rapport concernant la motion Bischof 12.4139), ce qui est l’occasion de faire le point sur l’utilisation de la signature électronique et la communication électronique entre les tribunaux et les parties, un domaine où il y a encore beaucoup à faire.

La Communication électronique des écrits (CEE) signifie que les acteurs impliqués ne communiquent plus par courrier postal mais par voie électronique exclusivement. Comme le relève à juste titre le rapport, un simple échange de données par courriels ne suffit pas à réaliser la CEE. Il faut que les actes et les annexes parviennent au tribunal sous forme de fichier électronique structuré (avec des métadonnées) par un mode de transmission structuré et sécurisé, pour pouvoir être gérés de manière électronique. Les dossiers seraient alors accessibles en tout temps (pour autant que le tribunal l’autorise), simultanément à plusieurs parties et dans un format permettant une gestion informatique (et partiellement automatisée).

L’échec du dépôt électronique
A l’heure actuelle, la CEE peut s’effectuer sur certaines plateformes (www.incamail.ch et www.privasphere.com), mais elles n’ont pas vraiment été adoptées par les avocats. Elles requièrent une signature qualifiée et le système actuellement proposé n’est guère facile à utiliser. De toute façon, les actes reçus par voie électronique n’ont pas de métadonnées utiles. Ils sont imprimés et rangés avec les dossiers papiers, ce qui leur enlève tout intérêt. La pratique des autorités consistant à demander une copie papier et à faire porter le risque d’un dysfonctionnement de la plateforme à l’avocat retient même les plus motivés.

La signature électronique est en cours de révision et cela devrait permettre au Conseil fédéral de prendre ensuite les mesures utiles pour simplifier les exigences et le fonctionnement des dépôts.

Le dossier électronique et sa consultation
La première étape de la CEE est celle de la consultation électronique des dossiers. Il ne s’agit pas de documents numérisés sur un DVD (que l’avocat imprime ensuite avant de les lire) comme le proposent déjà certaines institutions, mais d’une vraie consultation en ligne du dossier. La grande majorité des dispositions sur la consultation des dossiers en vigueur ne prévoit pas l’usage d’un média particulier et peut tout à fait s’appliquer à la consultation électronique.

Les tribunaux peuvent donc introduire des solutions pour permettre la consultation électronique des dossiers qu’ils gèrent. Il faudrait que les pièces soient demandées via un formulaire structuré et qu’un dossier électronique soit constitué par le tribunal, qui le transmettra à la personne qui l’a demandé par un moyen de communication quel qu’il soit (envoi ou accès à une messagerie contenant les pièces). Il serait néanmoins souhaitable que tous les tribunaux utilisent un système commun. L’organisation judiciaire étant du ressort des cantons, une certaine harmonisation pourrait être envisagé par le biais d’une modification des codes de procédure.

Selon le rapport, le système commun de consultation électronique des dossiers devrait au moins répondre aux conditions suivantes :

  • la solution proposée est introduite de manière uniforme dans toute la Suisse;
  • le système permet une consultation des dossiers via un portail en ligne comportant des fonctionnalités de recherche, de classement et de téléchargement;
  • il existe un seul accès au système national pour ceux qui demandent à consulter les dossiers;
  • l’introduction de la consultation électronique des dossiers n’occasionne, au final, aucun frais pour les tribunaux. Les économies qui sont réalisées grâce à la consultation électronique des dossiers doivent être aussi importantes que les investissements et les coûts de fonctionnement.

En plus de la consultation électronique des dossiers, il faut également envisager leur archivage ainsi que revoir les modalités de dépôt électronique. ces deux points seront évidemment influencés par la consultation du dossier électronique.

Responsabilité civile des fournisseurs de services Internet

Dans son rapport intitulé «Cadre juridique pour les médias sociaux»  publié à l’automne 2013, le Conseil fédéral confirmait que le droit suisse ne présente pas de lacunes importantes et rappelle que même s’il n’y a pas une loi particulière pour les réseaux sociaux ou Internet, il ne s’agit pas d’une zone de non-droit. Parmi les questions ouvertes, il y avait celle de la responsabilité civile des intermédiaires, en particulier des fournisseurs de services qui permettent l’accès à un réseau et à des contenus. Encore une fois, le Conseil fédéral est arrivé à la conclusion qu’il n’est pas nécessaire, dans les conditions actuelles, d’édicter des dispositions de portée générale sur la responsabilité des fournisseurs.

Distinguer cessation d’une atteinte et responsabilité pour le dommage
Le Rapport du Conseil fédéral du 11 décembre 2015 sur la responsabilité civile des fournisseurs de services Internet dresse un panorama assez complet des dispositions légales applicables en distinguant les actions défensives (prévention et cessation d’une atteinte) des actions en réparation (paiement d’un dommage intérêt y compris tort-moral et remise de gain) dans les domaines de la protection de la personnalité, de la protection des données, de la concurrence déloyale et de la propriété intellectuelle. Une partie importante est consacrée au droit étranger, en particulier avec un avis de droit de l’Institut suisse de droit comparé consacré à la situation en Allemagne, France, Danemark, Royaume-Uni et États-Unis d’Amérique.

Le rapport présente un état de la situation et n’apporte malheureusement guère de réponses lorsque la doctrine est partagée. Ce sera bien aux tribunaux de trancher, même si l’on constate qu’il y a encore peu de jurisprudence. Les affaires les plus importantes ont d’ailleurs déjà été abordées sur ce blog comme l’arrêt «Tribune de Genève» du Tribunal fédéral, l’arrêt jurassien «Google Suggest» ou l’arrêt «Delfi» de la Cour européenne des droits de l’Homme.

Le Conseil fédéral considère que le droit en vigueur fournit d’ores et déjà aux tribunaux les instruments nécessaires pour écarter une légitimation passive dans le cas où la participation à l’atteinte n’est pas dans un lien de causalité adéquate, ce qui serait selon lui le cas pour les fournisseurs d’accès. Ce dernier point est à mon avis discutable.

Des mesures spécifiques seront examinées dans le cadre de la révision du droit d’auteur et une mesure de blocage est aussi prévue dans le projet de loi fédérale sur les jeux d’argent pour les offres de jeux d’argent enregistrées à l’étranger.

S’agissant de la responsabilité à l’égard des contenus mis en ligne, le critère déterminant est celui de la proximité du fournisseur avec le contenu. Un manque de diligence ne devrait être reproché au fournisseur d’hébergement que s’il est resté inactif après avoir reçu des indications précises d’une violation flagrante du droit et s’il n’a pas pris les mesures que l’on pouvait attendre de lui. Si le fournisseur n’a reçu aucune indication, une obligation spontanée ne devrait être retenue que pour les fournisseurs proches du contenu, comme les portails d’actualités ou les hébergeurs de forums et de blogs, et si des atteintes paraissent probables compte tenu des circonstances particulières.

Droit à connaître l’identité de l’auteur
Contrairement à la procédure pénale où une procédure peut être ouverte contre inconnu, cette possibilité n’existe pas en droit civil, d’où l’intérêt de pouvoir faire cesser toute atteinte par un participant même s’il n’en est pas l’auteur ou le responsable. Lorsque la commission par Internet d’un acte punissable est suspectée, les autorités de poursuites pénales ont la possibilité d’obtenir des fournisseurs de services de télécommunication et des fournisseurs de services de communication dérivés toute indication permettant d’identifier son auteur.

L’utilisation de la procédure pénale dans le seul but de bénéficier de la levée du secret des télécommunications pour connaître l’auteur de l’infraction en vue d’une procédure civile a été considéré comme un abus de droit dans les affaires Logistep. Le Conseil fédéral ne propose cependant pas de solution générale pour résoudre ce problème considérant qu’il n’est pas propre aux infractions commises sur Internet. S’agissant du droit d’auteur, des mesures seront étudiées séparément.

Un domaine ou un site web ne peut pas être séquestré

Dans un arrêt non publié (1B_294/2014), le Tribunal fédéral a refusé le séquestre d’un domaine Internet. Pour le tribunal cantonal valaisan, le blocage était comparable à une destruction au sens de l’art. 69 al. 2 CP, comme le pensaient plusieurs autres tribunaux cantonaux.

Pour le Tribunal fédéral, le blocage ne constitue pas une destruction d’un objet dangereux comme le permet l’art. 69 al. 2 CP, mais c’est la cessation immédiate d’un comportement (à savoir la publication d’opinions sur un site web). De plus, la destruction au sens de l’art. 69 al. 2 CP est une sanction pénale qui ne peut être ordonnée que par un juge de première instance dans un jugement pénal (art. 69 al. 2 CP) et non au stade de l’instruction.

Pas de confiscation d’un site web
La mesure étant disproportionnée, le Tribunal fédéral renvoie la cause sans trancher la question essentielle de savoir si des pages web peuvent être considérés comme des objets dangereux ou des instruments délictuels pouvant faire l’objet d’une confiscation sur la base de l’art. 69 al. 1 CP.

Le Tribunal fédéral exclut néanmoins implicitement la confiscation d’un site web ou de son accès, dès lors qu’il considère que le blocage correspond à la cessation d’un comportement.

A la demande de la revue juridique Medialex, j’ai commenté cette décision avec Nicolas Guyot dans l’édition 7/8 2015.

Publications: quel statut juridique pour les robots?

Des robots commencent à évoluer dans notre environnement, mais le cadre juridique actuel n’est pas très adapté. Pour éviter de faire face prochainement à des situations insatisfaisantes, notamment en termes de responsabilités, une prise de conscience et des aménagements légaux sont nécessaires. Cela pourrait passer par une reconnaissance du robot comme sujet de droits et obligations.

Je propose quelques pistes de réflexions dans l’article «Le moment est venu de reconnaître un statut juridique aux robots» co-écrit avec Nicolas Guyot et publié dans la revue Plaidoyer 03/2015.

Le séquestre de courriers électroniques chez le fournisseurs de télécommunications

Pour le tribunal fédéral (ATF 140 IV 181), les courriels qu’un prévenu a relevés sur le serveur du fournisseur de service de télécommunication peuvent être séquestrés chez le fournisseur, alors que ceux qui n’ont pas encore été relevés peuvent faire l’objet d’une surveillance en temps réel. Le secret de la correspondance disparaît dès que les courriels sont relevés, même s’ils restent accessibles sur le serveur et qu’ils n’ont pas été lus.

Séquestre ou surveillance de la correspondance ?
Un homme est accusé de meurtre et sa correspondance électronique contient des éléments nécessaires à l’enquête. La question qui se pose est de savoir quelle mesure (et donc quelles conditions) s’applique dans ce cas. De manière générale, lorsqu’une autorité pénale souhaite accéder à la correspondance électronique d’un prévenu, trois possibilités s’offrent à elle :

  • Le séquestre (263 CPP), qui permet de saisir les objets et valeurs patrimoniales appartenant au prévenu ou à des tiers lorsqu’il est probable qu’ils seront utilisés comme moyens de preuves. S’ils sont détenus par un tiers, ce dernier est soumis à une obligation de dépôt. Le prévenu est informé du séquestre par une ordonnance du ministère public.
  • La surveillance en temps réel (269 CPP) des télécommunications qui peut être ordonnée par le ministère public lorsque de graves soupçons laissent présumer qu’une infraction contenue dans la liste de l’art. 269. al. 2 CPP a été commise et que cette mesure est proportionnée. Elle doit être autorisée par le tribunal des mesures de contraintes. Cette mesure est secrète mais le prévenu peut ensuite la contester dans les 10 jours suivant son information. La surveillance porte sur le contenu et les données accessoires.
  • La surveillance rétroactive (273 CPP) qui se limite aux données relatives au trafic et à la facturation et identification des usagers (données accessoires). Elle peut être ordonnée par le ministère public lorsque de graves soupçons laissent présumer qu’un crime, un délit ou une contravention au sens de l’art. 179septies CP a été commis et que cette mesure est proportionnée. Elle doit être autorisée par le tribunal des mesures de contraintes. Cette mesure est secrète mais le prévenu peut ensuite la contester dans les 10 jours suivant son information. Il n’y a pas de surveillance rétroactive du contenu des courriels et les données accessoires peuvent être demandées avec effet rétroactif sur une période de six mois au plus.

Les limites du secret des télécommunications
La sphère privée de l’utilisateur est protégée par le secret des télécommunications qui s’applique durant le processus de communication. Ainsi un courrier postal est protégé pendant l’envoi, mais plus une fois qu’il est remis à son destinataire. On considère qu’il y a remise également lors du dépôt dans la boîte aux lettres du destinataire puisque l’on est dans sa sphère de maîtrise et que le fournisseur n’y a plus accès. Dans le cas d’une case postale, la maîtrise est partagée et le secret se prolonge jusqu’à ce que le destinataire accède à la case. Pour que l’autorité puisse obtenir le courrier qui est dans la boîte aux lettres (ou dans la case postale si le destinataire l’a ouverte et a choisi de l’y laisser), on appliquera les règles du séquestre, alors que pour le courrier dans la case non ouverte, ce sera celles de la surveillance de la correspondance (en temps réel).

Critique
L’analogie avec la case postale a ses limites en raison de l’ubiquité des données électroniques. Premièrement, relever un courriel ne signifie pas, selon le protocole utilisé, qu’il n’est plus sur le serveur. Le protocole POP3 généralement se connecte au serveur de messagerie, récupère le message et l’efface du serveur. En revanche, le protocole IMAP laisse les courriels sur le serveur dans le but de pouvoir les consulter de différents clients de messagerie. Pour le TF, celui qui utilise le protocole IMAP, pourtant très répandu car il permet d’accéder à sa messagerie depuis un téléphone et un ordinateur par exemple, renonce de fait à la protection du secret de la correspondance pour tous les messages qu’il a reçu.

Deuxièmement, lorsqu’un message est partiellement téléchargé, par exemple lorsqu’il est automatiquement poussé («push») sur un téléphone portable mais que seuls l’expéditeur et l’objet sont affichés (le corps du message étant encore exclusivement sur le serveur), le TF considérera-t-il qu’il est déjà entièrement dans la sphère du destinataire ?

Troisièmement, le TF retient que la consultation des messages déposés (mais pas encore relevés) dans la boîte électronique est une surveillance en temps réel et non rétroactive (ce qui permet l’accès au contenu). Sachant que les messages peuvent avoir été déposés plusieurs semaines auparavant, on peut se demander si l’on n’aurait pas déjà dû considérer que ce qui est arrivé dans la boîte est soumis à une surveillance rétroactive.

A mon avis, il aurait certainement été plus simple de considérer que toute acquisition directement chez le fournisseur est une surveillance des télécommunications, par opposition à l’acquisition chez le prévenu qui serait un séquestre. Cela éviterait aussi au ministère public de devoir savoir à l’avance si le prévenu a déjà relevé ou non un message qu’il souhaite obtenir et au fournisseur de séparer les messages sur le serveur qui ont déjà été relevés de ceux qui ne l’ont pas été (ce qui est une question indépendante de savoir s’ils sont marqués comme lus ou non lus!). Aux Etats-Unis, le Stored Communications Act prévoit un régime différent selon que les messages ont plus ou moins 180 jours, ce qui offre au moins un critère objectif.

Publications: La surveillance électronique des employés

Dans l’ouvrage Internet au travail édité par Jean-Philippe Dunand et Pascal Mahon, j’ai abordé la question de «La surveillance électronique des employés». Cette contribution est complétée par la présentation faite lors d’un séminaire organisé par l’Université de Neuchâtel.

Après avoir fait le point sur les exigences légales (Loi fédérale sur la protection des données et recommandations du Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence, art. 28ss du Code civil, Loi et Ordonnance 3 sur le travail, ainsi que les articles 179ss du Code pénal), on passe en revue les jurisprudences déterminantes sur le sujet. Les points principaux sont ensuite regroupés en deux principes essentiels, l’information et la proportionnalité.

Différents cas d’applications sont finalement examinés: la surveillance téléphonique, la surveillance de l’Internet, la surveillance du courrier électronique, et la surveillance de l’activité. L’article se conclut par les conséquences d’une surveillance illégale et quelques recommandations pratiques.

La liberté d’information peut justifier l’enregistrement d’une conversation privée par un journaliste

Dans une Affaire Haldimann et autres contre Suisse du 24 février 2015, la Cour européenne des droits de l’Homme a constaté que la Suisse avait violé la CEDH en condamnant pénalement des journalistes qui avaient enregistré au moyen d’une caméra caché des conversations non publiques (Requête no 21830/09). La Cour a retenu que la liberté d’information devait prendre le pas sur le droit à l’image.

La procédure suisse
En 2003, la rédaction de l’émission hebdomadaire de protection des consommateurs de la télévision suisse alémanique Kassensturz a produit et diffusé un reportage sur les pratiques dans le domaine de la vente des produits d’assurance-vie. Dans ce but, ils ont convenu d’un entretien avec un courtier en assurances lors duquel une journaliste s’est faite passer pour une cliente potentielle. Deux caméras cachées ont enregistré la scène. A la fin de l’entretien, le courtier a été informé et la possibilité de donner son avis lui a été donnée, ce qu’il a refusé. Une partie de l’entretien est ensuite diffusée, mais le visage du courtier est «pixélisé» de manière à ce que seule la couleur de ses cheveux et de sa peau soient encore visibles après cette transformation de l’image, ainsi que ses vêtements. Sa voix a aussi été modifiée.

Au terme de la procédure pénale, les quatre journalistes sont condamnés pour avoir enregistré en secret une conversation de l’un d’entre eux avec le courtier d’assurances et pour avoir diffusé certaines parties de cette conversation sous forme «anonymisée» à la télévision. Les journalistes n’ont pas été condamnés pour avoir fait un enregistrement avec une caméra cachée, mais pour avoir utilisé ce procédé pour enregistrer une conversation non publique.

En droit, il s’agit pour la journaliste qui a participé à la conversation d’une violation de l’art. 179ter CP qui sanctionne l’enregistrement d’une conversation non publique par l’un des participants, sans le consentement de son interlocuteur, et pour les autres une violation de l’art. 179bis CP qui sanctionne l’enregistrement d’une conversation non publique entre d’autres personnes, sans leur consentement, et la communication à des tiers d’un fait obtenu au moyen d’un tel enregistrement. Ces articles garantissent en particulier la confidentialité des conversations non publiques. La violation du domaine secret ou du domaine privé au moyen d’un appareil de prise de vues au sens de l’art. 179quater CP n’a pas été retenue.

Droit à l’image contre liberté d’expression
La Cour européenne des droits de l’Homme était saisie d’un recours formé par les journalistes, qui considèrent que les dispositions pénales en question portent atteinte à la liberté d’expression et ne devraient pas leur être applicables. Ils soulignent d’ailleurs qu’ils ont respecté la décision no 51/2007 du Conseil suisse de la presse qui dit que les recherches cachées sont autorisées si les informations sont dans l’intérêt public et si les informations ne peuvent pas être reçues par un autre moyen.

La Cour aborde l’affaire comme un conflit entre deux droits fondamentaux, la liberté d’expression des journalistes d’une part et le droit au respect de la vie privée du courtier d’autre part. La Cour ne conteste pas que les dispositions pénales protègent le droit du courtier à sa propre image, à sa propre parole ainsi que sa réputation, mais elle se demande si les dispositions pénales sont une restriction justifiée de la liberté d’expression.

La Cour passe en revue les différents critères qu’elle utilise habituellement pour analyser la mise en balance du droit à la liberté d’expression et du droit au respect de la vie privée:

  • la contribution à un débat d’intérêt général: la mauvaise qualité du conseil délivré par des courtiers en assurances et la protection du droit des consommateurs en découlant est un débat d’un intérêt public très important auquel les journalistes participent.
  • la notoriété de la personne visée, l’objet du reportage et son comportement antérieur: le courtier filmé à son insu n’était pas un personnage public. Le reportage litigieux n’était pas focalisé sur la personne du courtier mais sur certaines pratiques commerciales mises en œuvre au sein d’une catégorie professionnelle. En outre, l’entretien ne s’était pas déroulé dans les bureaux du courtier ou autre local professionnel. L’atteinte à la vie privée du courtier est moins importante que s’il avait été visé exclusivement et en personne par le reportage.
  • le mode d’obtention des informations et leur véracité: les journalistes ont respectés les règles déontologiques et la véracité des informations n’a jamais été contestée.
  • le contenu, la forme et les répercussions de la publication: l’enregistrement a été diffusé sous forme de reportage, particulièrement péjoratif à l’égard du courtier. Des mesures ont toutefois été prises pour l’«anonymiser». Pour la Cour, l’ingérence dans la vie privée du courtier n’est pas d’une gravité telle qu’elle doive occulter l’intérêt public à l’information des malfaçons alléguées en matière de courtage en assurances.
  • la gravité de la sanction imposée: même si les peines sont très faibles (quatre et douze jours-amendes), cette sanction pénale peut inciter la presse à s’abstenir d’exprimer des critiques.

En conclusion, la Cour estime que la mesure litigieuse n’était pas, en l’espèce, nécessaire dans une société démocratique et que, par conséquent, il y a eu violation de l’art. 10 CEDH. Autrement dit, la Cour considère que dans ce cas précis, la norme pénale ne devait pas l’emporter sur la liberté d’expression et qu’il ne fallait pas condamner pénalement les journalistes. La Cour crée d’une certaine manière un motif justificatif pour les journalistes rendant leurs actes licites dans ce cas particulier.

Confidentialité des conversations
Pour le juge Paul Lemmens qui signe une opinion dissidente très intéressante, il ne s’agissait pas simplement de la mise en balance de deux intérêts privés. Les dispositions pénales en question visent à protéger non pas la vie privée (ou la réputation) de certains individus, mais la confidentialité en général des conversations non publiques. Il s’agit alors d’un intérêt général touchant à l’ordre public et concrétisé dans la loi pénale, et non pas à de simples intérêts privés.

La question n’est pas de savoir dans quelle mesure l’utilisation de la caméra cachée est acceptable, mais de savoir dans quelle mesure des accusés peuvent invoquer avec succès une cause de justification contre l’accusation d’enregistrement et de diffusion d’une conversation protégée par la loi. Comme l’avait relevé le Tribunal fédéral, la défense d’intérêts légitimes suppose que l’acte délictuel soit un moyen nécessaire et adéquat pour atteindre un but légitime, voire que ce soit la seule voie possible pour atteindre ce but, et que le bien juridique protégé par l’interdiction légale pèse moins lourd que celui que l’auteur de l’acte cherchait à préserver. Cela n’était probablement pas le cas en l’espèce puisqu’il était possible de montrer les abus en matière d’assurance de manière différente. Et cette interprétation ne rendait pas pour autant illégale le recours à une caméra cachée lorsque c’est le seul moyen d’arriver au but visé, et légitime, pour un journaliste.

Cette décision de la Cour européenne des droits de l’Homme va conduire à la révision de la condamnation des journalistes, mais elle va aussi permettre, de manière plus générale, aux journalistes d’investigation suisses d’utiliser des caméras cachées. Leur utilisation devrait toutefois restée limitée, car la Cour n’a pas indiqué que le droit pénal ne s’appliquait pas aux journalistes mais seulement que dans ce cas particulier, le droit à l’information devrait primer sur la protection de la sphère privée. Si le reportage avait visé une personne en particulier, la conclusion aurait pu être différente.

A noter finalement que la Cour ne s’est pas prononcée sur l’éventuelle utilisation de l’enregistrement par la justice pénale. En l’absence d’infraction pénale, la preuve ne serait vraisemblablement plus illégale. Le journaliste pourrait néanmoins se réfugier derrière la protection des sources pour refuser de la communiquer.