jump to navigation

Ces chères écoutes téléphoniques 6 juin 2013

Posted by Sylvain Métille in Droit pénal et procédure pénale, Protection des données, Renseignement, Sphère privée, Suisse, Surveillance, Téléphonie, Technique.
trackback

Alors que le Parlement fédéral doit se pencher prochainement sur une révision de la LSCPT qui prévoit notamment un allongement de la durée de conservation des données par les fournisseurs de services de télécommunications, c’est l’occasion de se pencher sur les dernières statistiques du Service de surveillance de la correspondance par poste et télécommunication de la Confédération (Service SCPT). Les autorités suisses de poursuite pénale ont dû dépenser quatorze millions de francs d’émoluments en 2012, dont presque dix millions ont été reversés aux fournisseurs de services de télécommunication (FST). Les tarifs, fixés par une Ordonnance du Conseil fédéral, avaient été adaptés au 1er janvier 2012. Ainsi pour la somme de 2’410.- (dont 1’330.- reversés au FST concerné), un procureur pourra obtenir la surveillance d’un numéro téléphonique (fixe ou mobile) en temps réel, alors qu’il lui coûtera 700.- (540.-) pour obtenir les données de facturation des six derniers mois.

Le Code de procédure pénal contient des exigences strictes sur la manière et les conditions auxquelles les mesures de surveillance peuvent être ordonnées par les procureurs et doivent être ensuite confirmées par le tribunal des mesures de contrainte. Cela se justifie car ces mesures de surveillance portent atteinte à la sphère privée de l’individu et elles ont lieu à l’insu de la personne concernée. Cette dernière peut donc difficilement faire valoir le respect de ses droits. Même si ce n’est pas son but, le coût élevé de ces démarches est peut-être tout aussi efficace que les garde-fous légaux pour s’assurer que les autorités d’instruction pénale n’en abusent pas.

Neuf autorisations d’écoutes téléphoniques par jour
Le nombre de mesures de surveillance effectuées augmente néanmoins régulièrement ces dernières années. En 2012, 3’233 mesures de surveillance en temps réel ont été exécutées, ainsi que 6’960 mesures de surveillance rétroactives. En moyenne, c’est l’écoute de presque neuf nouveaux raccordements qui est ordonnée chaque jour en Suisse et des informations de facturation livrées concernant dix-neuf raccordements. La majorité des mesures de surveillance concernait des infractions graves à la législation sur les stupéfiants ou contre le patrimoine, mais leur répartition dans le pays est très inégale. La palme revient à Genève qui a prononcé une mesure de surveillance sur cinq, suivi de Zurich (17%), Vaud et Tessin (10%).

Les émoluments sont avancés par les cantons et figurent ensuite dans les frais de justice, mis à la charge du condamné. Si le prévenu n’est pas condamné ou si le condamné est indigent (la carrière criminelle n’étant pas toujours gage de fortune), l’Etat n’obtiendra pas le remboursement de ces avances, qui seront finalement supportées par le contribuable au travers de la part des impôts finançant le budget du département de justice et police.

Ce billet a également été publié sur le site du magazine Bilan, dans la rubrique «les experts».

About these ads

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 648 followers